14 mai 2013

Orage.雷雨

 

Celtic Kinbaku 4 New

Aux tréfonds des forêts obscures, il existe encore des êtres que l’imagination des hommes des villes ne peuvent plus concevoir qu'en rêves. Naïades, gardiennes des sources pures, elles se jouent de vos croyances de vos peurs et l'onde brumeuse est leur amie.

Quelle folie m'a poussé jusque là ? Là où nul homme ne songe à s'aventurer. Là où les hêtres se parlent et chuchotent à mes oreilles leur mise en garde : "Fait demi-tour dément ! Fuis ces gorges sombres où tu vas perdre la raison,… "
Quelle folie m'a poussé à croire que je pouvais m'octroyer leur liberté immémoriale ? Capturer l'eau bondissante entre les arbres moussus aurais été bien plus facile !

Elle n'a pas résisté lorsque que j'ai posé fiévreusement mes rets de chanvre sur son corps. J'ai même cru discerner aux fonds de ses yeux une lueur moqueuse qui m'a fait douter de mon entreprise. Une lueur qui s’est avivée lorsqu’elle a chuchoté son nom d’eau et de vent à mon oreille.

Qu'elle folie s'est emparée de moi d’avoir voulu l'arracher à son temple de nature, la traîner derrière moi, la ramener sur le territoire des hommes pour m’enorgueillir de ma prise. Fier chasseur faisant fis des appels et des plaintes désespérées de la nymphe captive. Pourtant, j'aurais du comprendre le sourire complice éclairant son visage lorsque chemin faisant nous avons été surpris par l'orage...

Celtic Kinbaku 5 New

...J'aurais du savoir alors, que la pluie est sœur des sources claires ! Et lorsque les premières gouttes sombres et froides ont frappé ma nuque et coulé sur sa peau. La fragile Ondine dans un dernier soupir de compassion s’est mêlée aux eaux du ciel abandonnant ses liens au pied de l'arbre où nous nous étions réfugiés. A genoux sur le sol, comme un loup blessé, j'ai hurlé une dernière fois son nom pour tenter de la retenir. Mais seul l'écho sourd du tonnerre roulant dans la vallée brumeuse m'a répondu.

Celtic Kinbaku 3 New

Les arbres avaient dit vrai !
Ce jour là j'ai perdu la raison. Et chaque soir d’orage son image moqueuse hante mes nuits. Longtemps j’ai erré comme un dément sous les frondaisons de la forêt de hêtre. Longtemps j’ai invoqué son nom au cieux ,aux vents et aux arbres muets. Mais jamais il ne m’a été donné de retrouver le chemin de la source. Cette source où, je le sais, la douce Ondine continue de s'ébattre, se moquant de moi, se riant de vous !

Posté par marc_sainteul à 19:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


L’Esprit des Sources. 水の精

Celtic Kinbaku 1 New

 

Pour les Celtes, et pour bien d’autres cultures, les sources et les rivières ont des pouvoirs magiques et notamment de guérison. Elles sont pour la plupart habitées par des divinités bienveillantes. Damona (ou Bormona) la déesse celtique des sources (apparentée aux Danaïdes grecques) donne ainsi ses vertus curatives à la source thermale de Bourbonne les bains(France).
Source de vie, de bien-être et de beauté elles ont souvent un caractère espiègle qui les font jouer avec les mortels qui les surprennent dans leurs ablutions et les entraînent, sans malice, dans des jeux qui peuvent être funeste à l’esprit et la raison des malheureux.

 

 

 

 

Il arrive parfois que l’on puisse en capturer une.
Mais jamais pour bien longtemps !
Car qui peut retenir l’eau vive avec de simple lien de chanvre ?

Celtic Kinbaku 2 New

 

Posté par marc_sainteul à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2013

La Forêt des Sortilèges. 森の呪詛

Sortilèges New

Il est des forêts qui ne se décrivent que par des sensations.
Des sensations primales, enfouies au plus profond de notre inconscient collectif. Des forets qui, comme un livre, gardent la trace de tous ceux qui y ont vécu ou n’ont fait que passer. De leurs vies, mais aussi de leurs rêves, de leurs espoirs de leurs fantasmes. Joies lumineuses et aériennes, peurs souterraines lorsque la nuit vient. Des enchantements et des frayeurs qui impriment les cernes de croissance des hêtres aussi sûrement que le ciseau du sculpteur mais d’une façon infiniment plus subtiles.
Lorsque vous cheminerez par là, apaisez votre pas, arrêtez vous ! On vous observe ! On vous chuchote une histoire universelle. Un murmure que dans le fracas des villes vous n’entendez plus, mais que vous n’avez jamais oublié.

 

Posté par marc_sainteul à 13:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]