hojo01

La culture japonaise depuis des millénaires fait grand cas de l’utilisation des cordes Aussi bien dans la vie courantes ou les cordes et assimilés sont préférées aux autres systèmes de fermeture. Ainsi dans le vestimentaire le Haori-himo est une corde tissée qui ferme le Haori, veste longue portée par les hommes. Le Obi, est une ceinture large et très longue qui noué dans le dos tient en place le vêtement traditionnel japonais, le kimono
Nous avons vu le rôle de la corde dans le rituel Shintoïste (Shimenawa) Il n’est donc pas étonnant dans une société guerrière de retrouver une technique d’art martial utilisant la corde et plus particulièrement pour immobiliser un adversaire ou un contrevenant.
Cet art martial c’est le hojojutsu, 捕縄術( ou nawajutsu 縄術, de nawa 縄, corde).

Hojo02 New

Cet art est plus particulièrement pratiqué par les forces de l’ordre du moment en lieu et place de menottes ou carcans. Cette technique se développe sous le nom de zainin shibari (ligotage des coupables); dans ce cadre apparaît une codification du ligotage.
De par la façon et la figure que forme la corde on peu comprendre et connaître le rang et la faute commise. Etre attaché et montré ainsi en public est considéré particulièrement infamant. Aussi, des règles de "bienséance" président à une arrestation. Le ligotage se doit d’être esthétique et de ne pas utiliser de nœuds fermés.

Deux cordes sont utilisées
- Torinawa: Une cordelette fine et solide, qui intervient au moment de la capture par le torimono (agent de la force de l’ordre). Elle est de longueur moyenne pour ne pas s’emmêler dans le feu de l’action.Elle peut parfois être lestée à l'une de ses extrémités.
- Honnawa: (corde maîtresse) Corde de chanvre de 6 à 8mm de diamètre et 2,5 m de long environ. Utilisée pour entraver un prisonnier sur une longue durée ou pour le mener au lieu d’exécution de sa peine.
Il est bon de noter que ces cordes peuvent être de couleur en fonction de leur période d’utilisation.

Hojo03